Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

REVUE DE PRESSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 REVUE DE PRESSE le Dim 19 Oct - 2:15

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
tout ce qui concerne la presse ,acticles....ext c'est ici Idea Idea



Dernière édition par usmiste16 le Dim 19 Oct - 2:26, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: REVUE DE PRESSE le Dim 19 Oct - 2:20

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
LE PARC DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE PASSE À 26,6 MILLIONS D’ABONNÉS
Le parc de téléphonie mobile algérien, tous opérateurs et formules confondus, a atteint, au lendemain de la fin du délai d’identification des cartes SIM, 26 667 867 abonnés, a annoncé l’Agence de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) dans un communiqué de presse parvenu hier à notre rédaction.

De 29 246 642 abonnés avant la fin de l’opération de régularisation, le nombre d’abonnés est passé à 26,6 millions, soit une baisse de plus de 2,5 millions d’abonnés représentant le nombre de puces désactivées. En détail, l’opérateur Orascom Telecom Algérie (Djezzy) vient en tête avec 13 848 159 abonnés pour la formule prépayée et 643 932 abonnés pour celle du postpayé. En deuxième position, on retrouve l’opérateur historique Algérie Télécom Mobile (Mobilis) avec

6 738 410 abonnés prépayés et 439 192 abonnés postpayés. Wataniya Telecom Algérie (Nedjma) compte 4 908 154 abonnés prépayés et 90 020 abonnés post-payés. L’ARPT rappelle que les cartes SIM non identifiées ont toutes été mises hors de service de façon définitive et irrévocable. Celles-ci représentaient 9% du parc de téléphonie mobile national.







Source : Le Soir D’Algerie



Dernière édition par usmiste16 le Dim 19 Oct - 2:25, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: REVUE DE PRESSE le Dim 19 Oct - 2:22

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Algerie : Un professeur poignardé par un étudiant



"""""Drame au campus de mostaganem"""""

dimanche 19 octobre 2008.
Originaire de Mostaganem et âgé de 57 ans, il a laissé trois jeunes orphelins. Jouissant d’une enviable réputation au sein du corps professoral en particulier, et de la communauté universitaire en général, le défunt Mohamed Benchehida comptait parmi les pionniers de l’enseignement supérieur à Mostaganem.









Malaise immense, émotion profonde et grande consternation. La communauté universitaire était sous un choc terrible hier, à Mostaganem. Larmes aux yeux pour certains, angoisse et incapacité de s’exprimer par des mots pour d’autres, colère à fleur de peau, tristesse et mélancolie manifeste sur tous les visages, réuni au site central de l’ex-ITA, au centre-ville de Mostaganem, le corps enseignant, commentant le drame qui venait d’endeuiller leur communauté, était en ébullition. Et pour cause. Leur collègue, Mohamed Benchehida, chef du département informatique, à la faculté des sciences et des sciences de l’ingénieur, vient d’être tué, succombant aux blessures profondes à l’arme blanche, que lui avait assénées un étudiant, dans son propre bureau, au site I de l’université, sis aux HLM. L’agression avait eu lieu aux environs de 9 heures. Ayant reçu plusieurs coups de couteau assénés au niveau du visage et du buste, il dut rendre l’âme peu de temps après son évacuation aux UMC de la ville. Originaire de Mostaganem et âgé de 57 ans, il a laissé trois jeunes orphelins. Jouissant d’une enviable réputation au sein du corps professoral en particulier, et de la communauté universitaire en général, le défunt Mohamed Benchehida comptait parmi les pionniers de l’enseignement supérieur à Mostaganem. Recruté en qualité d’enseignant, à l’ouverture du centre universitaire de Mostaganem, en 1978, il fut promu, vingt ans plus tard, au lendemain de l’érection de l’établissement en université, au rang de chef du département dont il a eu depuis la charge. L’agresseur, lui, était un étudiant admis en 3e année LMD, dans le même département. Le mobile demeure éminemment énigmatique. A priori, les hypothèses privilégiaient une vraisemblable relation avec des notes d’évaluation de l’étudiant. Cependant, à en croire certaines sources, le parcours universitaire de cet étudiant agresseur, durant ses deux précédentes années, aurait été irréprochable. On saura également que le prévenu est originaire du vieux quartier mostaganémois de Tigditt. En début d’après-midi, Mme le wali s’est rendue au site central de l’ex-ITA, où s’est tenu un grand rassemblement des enseignants et d’une foule d’étudiants. Elle y a présenté les condoléances du conseil de l’exécutif de la wilaya à la communauté universitaire endeuillée et ébranlée par ce tragique assassinat. Le rassemblement devait former le cortège funèbre devant assister, tout comme le ministre de l’Enseignement supérieur qui y était attendu, à l’enterrement du défunt.







Source : Liberté

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: REVUE DE PRESSE le Dim 19 Oct - 3:23

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Boumerdès

Grève à la faculté des sciences




Plus de 300 étudiants de la faculté des sciences de l’université de Boumerdès ont enclenché un mouvement de grève illimitée depuis mercredi dernier.



Les protestataires (des étudiants en 1re et 2e années LMD) réclament « l’allégement des conditions d’admission en année supérieure ». Les protestataires estiment que « celles-ci sont de plus en plus exigeantes ». Hier, une délégation représentant les protestataires a été reçue par une commission composée d’enseignants et de responsables de la faculté en vue de trouver une issue à la crise. Selon des étudiants, les doléances de ceux de 1re année ont été résolues tandis que le cas de ceux de la deuxième année reste en suspens.
Par ailleurs, des dizaines de collégiens du village d’Ouled Bounoua, de Mazer, dans la commune de Cap Djinet, ont poursuivi leur mouvement de protestation entamé mardi dernier. Ces derniers réclament l’affectation d’autres bus pour le ramassage scolaire dans leur région. Hier, les élèves ont bloqué encore une fois la RN24 et menacent de poursuivre la protestation si le problème tarde à être résolu. A souligner que l’APC « ne dispose que de deux bus, ce qui est largement insuffisant ».

source : EL WATAN

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: REVUE DE PRESSE le Dim 19 Oct - 3:34

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Demi-finale retour de la CAF : ES Sahel 2 - JSK 0

Les canaris n’ont pas démérité




La JSK a fait ses adieux à la coupe de la Confédération, hier soir à Sousse. Battue (0-2) par l’ES Sahel, la formation algérienne échoue donc aux portes de la finale qui sera 100% tunisienne. Les Canaris n’ont pas à rougir de cette défaite-élimination concédée devant le champion d’Afrique en titre. Pour rappel, la JSK a terminé la partie à neuf après les expulsions, en seconde mi-temps, de Maroci et Meftah.



Sousse (Tunisie). De notre envoyé spécial
La JS Kabylie ne jouera pas la finale de la coupe de la confédération. Battue (0-2), hier soir à Sousse, la formation algérienne n’a pas à rougir de la défaite, synonyme d’élimination devant, ne l’oublions pas, le champion d’afrique en titre. Au vu de la partie, les joueurs de Younès Ifticène n’ont pas démérité. Ils ont fait jeu égal avec l’adversaire tunisien, mais ont manqué cruellement de réalisme devant. L’arbitre libyen a donné un coup de pouce aux locaux en leur accordant un penalty que lui seul a vu. Condamnés à vaincre pour se qualifier, les tunisiens ont montré leurs intentions dès l’entame de la partie. Ils ont réussi à trouver le chemin des filets à la 11’ par l’intermédiaire de El Jemmel, qui a repris victorieusement, dans la surface des six mètres, une balle renvoyée difficilement par le portier Chaouchi. Les hommes de Decastel ont, en réalité, profité de la tactique défensive prônée par la JSK, qui n’avait besoin que d’un nul pour se propulser en finale de cette compétition. L’ES Sahel ne s’est pas arrêtée là et est allée chercher le but du K.O. Ce qui aurait pu se produire à la 30’, au moment où le keeper Chaouchi a dû déployer toute sa classe pour sauver miraculeusement son équipe d’un deuxième but après un tir puissant des 18 mètres de Mosrati.
Se sentant en danger, les kabyles ont tenté par la suite de sortir de leur coquille, histoire de porter le danger dans le camp adverse. Les poulains de Ifticène monopolisaient davantage le cuir, mais ils n’ont pas su se montrer dangereux. La première période s’est achevée logiquement à l’avantage des locaux par la plus petite des marges. Durant la pause, le staff des canaris a recadré l’équipe et demandé aux joueurs de presser plus haut, afin de perturber un peu plus la sérénité des partenaires de Methlouthi. A son retour sur le terrain, le capitaine Cherif Abdeslam donna la voix et montra la voie à ses camarades. Les belles intentions affichées par les joueurs algériens allaient rapidement s’évaporer après l’expulsion de Maroci, survenue sept minutes seulement après le début de la seconde mi-temps. Cet handicap n’a pas empêché la JSK de développer un bon football face à onze joueurs tunisiens. Sentant le coup jouable, le coach Ifticène lança dans le bain deux attaquants : Bensaïd et Boudjelid. Amara Douicher, auteur d’une belle rentrée a failli égaliser quelques instants après son apparition. Son essai très appuyé a été dévié par l’excellent Methlouthi. Jouant son va-tout, la JSK attaqua plus résolument. Profitant des intentions offensives de son hôte, la formation tunisienne drivée par le suisse Decastel opta pour le jeu en contre. Il est payant en fin de partie lorsque Nefkha s’écroule dans la surface de réparation, trompant l’arbitre libyen qui lui accorda un penalty imaginaire, qu’il se chargea de transformer, mettant la JSK hors compétition. Pour avoir contesté la décision du referee, Meftah a été expulsé. Sur l’ensemble de la partie, la JSK ne méritait pas de perdre par un écart de deux buts.A la faveur de la victoire de l’ES Sahel, la finale de la coupe de la confédération 2008 sera tunisienne à cent pour cent. L’ES Sahel connaîtra son adversaire en finale aujourd’hui après la rencontre CS Sfax - Club Africain, drivé par l’Algérien Abdelhak Benchikha.
-Stade olympique de Sousse. Arbitrage de M’Baya, Moudebi et Mohamed Nasredine (Libye)
Buts : El Jemmel (11’) et Nafkha (90’+2, SP) ESS
Averts : Meftah, Dehouche, Berramla et Douicher (JSK) Expulsions : Maroci (52’) et Meftah (90’+2)
ESS : Methlouthi, Bukari, Felhi, El Jammel, Béjaoui, Gharbi, Ben Radhia, Opara (Djediat, 85’), Ali Nefkha, Mosrati, Aymen Abdenour Entr. : Decastel
JSK : Chaouchi, Meftah, Boukria (Douicher, 60’), Demba, Coulibaly, Abdeslam, Dehouche, Amaouche (Boudjelid, 70’), Maroci, Berramla (Bensaïd, 52’), Oussalah Entr. : Ifticène



source : EL WATAN

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 16:16

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Algerie : Des visas français en moins de dix jours



L’ambassade de France à Alger inaugure une nouvelle structure

mercredi 22 octobre 2008.
Si le centre d’appels est, certes, pour le moment saturé et que des demandeurs n’arrivent pas à le joindre, les responsables de Visas France promettent l’amélioration, dans les prochains jours, de ce service, grâce au rattachement par fibre optique à Algérie Télécom.


Après le Royaume-Uni, c’est au tour de la France d’avoir recours à une entreprise privée pour la gestion des dossiers de demandes de visa. L’entreprise Visas France s’occupe, depuis le début du mois d’octobre, du traitement des demandes. Située à Ben Aknoun, derrière le siège du ministère des Finances, cette nouvelle structure s’occupe, désormais, de la réception des dossiers de demandes, de leur transmission au consulat général de France et de la délivrance des réponses définitives. Lors d’une visite guidée organisée hier au profit de la presse, les responsables de Visas France et du consulat général de France à Alger ont mis l’accent sur l’impact de ces nouvelles mesures dans l’allégement des procédures de demande et d’obtention de visa et la réduction du temps de traitement des dossiers, qui sera, désormais, de dix jours, après avoir été de trente jours. Pour le consul général de France, Francis Heude, cette initiative entre dans le cadre de la réorganisation de la délivrance de visas. Celle-ci permet aux demandeurs d’obtenir un rendez-vous dans les plus brefs délais. Un centre d’appels, mais surtout un site Internet, sont mis à leur disposition, pour consulter toute la documentation exigée dans le dossier de demande. Une fois le rendez-vous pris, le demandeur passe à l’heure indiquée et dépose son dossier. Sur place, on vérifie si le dossier est complet et le paiement des frais de visa se fait, désormais, sur place et cash. Si des pièces administratives manquent au dossier, le demandeur a la possibilité de repasser dans l’après-midi, ou un autre jour, pour le compléter. Si le centre d’appels est, certes, pour le moment saturé et que des demandeurs n’arrivent pas à le joindre, les responsables de Visas France promettent l’amélioration, dans les prochains jours, de ce service grâce au rattachement par fibre optique à Algérie Télécom. Actuellement, ce centre reçoit 350 appels par jour. Cependant, le service Internet est plus accessible et mieux adapté pour gérer les demandes de visa, mais aussi suivre l’évolution du dossier, jusqu’à l’aboutissement de la demande et le rendez-vous pour récupérer le passeport et la quittance. Deux tiers des demandes se font, d’ailleurs, via Internet. Le centre traite actuellement 450 à 500 demandes par jour. Depuis son ouverture, ce sont 8 000 dossiers qui ont transité par le centre qui emploie 130 personnes. À l’entrée du centre, des employés “dispatcheurs” se mettent à la disposition des demandeurs de visa. Ils vérifient s’ils sont portés sur la liste des personnes ayant pris rendez-vous, les orientent vers les bureaux d’accueil qui vérifient si toutes les pièces administratives sont réunies, avant de transmettre le dossier, à la fin de la journée, au consulat général, seule autorité habilitée à donner suite à la demande. Le centre reçoit, au bout de dix jours, les réponses définitives, dans des enveloppes scellées qu’il transmet aux demandeurs. Sa mission s’arrête là. En cas de refus, le demandeur peut toujours faire recours au consulat général. Selon le consul général, il est attendu 120 000 demandes de visa pour l’année 2008 pour le seul consulat d’Alger. Pour l’année 2007, sur tout le territoire national, 200 000 demandes de visa ont été déposées, dont 150 000 ont reçu des réponses positives. Le consul général estime que le taux de refus a baissé, passant de 80% à près de 40%. Tout en niant l’existence de quotas de visas accordés aux Algériens, le consul général a martelé que le seul critère qui entre en compte est “le dossier de demande bien formulé”. http://dz.visasfrance.org Tél. : 021 79 88 00
Source : Liberté
* il en etait temps Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 20:30

Lapinou4

avatar
Indéracinable
Indéracinable
USMiste, je te proposes (si tu le permets) de mettre juste le lien de l'article au lieu de le mettre en entier, et nous donné ton avi sur ce qui est dit Wink

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 21:34

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Lapinou4 a écrit:USMiste, je te proposes (si tu le permets) de mettre juste le lien de l'article au lieu de le mettre en entier, et nous donné ton avi sur ce qui est dit Wink


LAPINOU ..ce topic je l'ai créé pour que quand ya un arcticle interessant je le met pour le partagé pas pour doné mon avis et puis je vois ou est le probleme ou la diference entre la fait de mettre l'article ou le lien puisk ça marche comme ça dans bcp d'autres forum...bref merci por ton avi c noté Wink

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 22:08

Lapinou4

avatar
Indéracinable
Indéracinable
je parles pas du fait de mettre l'article ou pas, mais du fait que tu ne nous a pas donné ton avis c'est ça qui m'interesserai de savoir l'ami Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 22:17

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Lapinou4 a écrit:je parles pas du fait de mettre l'article ou pas, mais du fait que tu ne nous a pas donné ton avis c'est ça qui m'interesserai de savoir l'ami Very Happy

j'avais pas compris le vré sens de ton message mais c normal puisk ilé crypté Evil or Very Mad Laughing ..bhhin le but de ce topic c pas mon avis et puis g mis une ptit phrase tt en bas qui resume mon avis Razz
lol Very Happy

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: REVUE DE PRESSE le Mer 22 Oct - 22:20

Lapinou4

avatar
Indéracinable
Indéracinable

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: REVUE DE PRESSE le Jeu 30 Oct - 15:05

usmiste16

avatar
petite graine
petite graine
Le président Bouteflika annonce la révision de la constitution : Le troisième mandat se précise

Le chef de l’Etat a décidé d’annoncer, après moult ajournements, son projet de révision de la Loi fondamentale. Sans grande surprise, Abdelaziz Bouteflika met fin à un long faux suspense qui aura tenu en haleine deux années durant une classe politique réduite au régime minimum et des organisations de masse toujours serviles et prêtes à l’emploi. S’agit-il d’un scoop ? Que nenni, tout le monde, même les plus sceptiques parmi ceux qui comptaient sur un revirement de situation et un spectaculaire camouflet pour le projet de Bouteflika, s’attendait à une telle annonce.


Refusant d’être « un trois quart de Président », le chef de l’Etat n’a jamais caché son intention de réviser la Constitution et il le rappelle d’ailleurs dans son discours d’hier en sous-entendant que ce n’est qu’aujourd’hui que les circonstances lui permettent de mener jusqu’au bout son projet. « En de multiples occasions, depuis 1999 et 2004, j’avais exprimé mon souhait de revoir la Constitution », dit-il comme pour se dédouaner de procéder à un amendement dans la précipitation.

Candidat à la présidentielle de 1999, Abdelaziz Bouteflika avait mis en ligne de mire d’amender la Constitution de 1996 qu’il avait jugée « élaborée sous la pression de l’épreuve difficile que le pays avait traversée ». Il lance alors cette phrase qui fera le lit d’une succession de mandats à vie : « Aujourd’hui, alors que l’Algérie a dépassé la situation de crise et de déséquilibre et qu’elle traverse une phase déterminante dans le processus de développement et de renforcement des structures d’un Etat de droit, il est indispensable, à notre sens, de soulever la question de l’amendement de la Constitution », avait-il affirmé.

C’est le 4 juillet 2006, à la veille de la célébration du 44e anniversaire de l’indépendance, face aux officiers du commandement de l’armée, que Bouteflika, au CV garni d’un deuxième mandat, annonce son souhait d’amender la loi fondamentale avant la fin de l’année 2006. Ce jour-là, Bouteflika avait mis en marche la machine de la révision constitutionnelle qui a dû s’arrêter à mi-chemin pour des raisons d’« ajustements » en haut lieu. Tambours et tintamarres ont été actionnés à la faveur d’une « ouhda thalitha », le FLN et ses auxiliaires des organisations de « la société civile » sont entrés en campagne pour clamer un troisième mandat pour le président. Les semaines se suivent et l’annonce attendue n’est pas à l’ordre du jour ; la sérénade prend fin et le suspense s’installe. Mais pas pour longtemps, puisque sporadiquement, Abdelaziz Belkhadem tentera de maintenir la campagne sous perfusion en clamant « l’incontournable projet de révision ».

C’est le retour d’Ahmed Ouyahia aux affaires qui signe le quitus du sérail pour un troisième mandat à Bouteflika. « Certes, je ne revendique pas Abdelaziz Bouteflika comme propriété du RND, mais nous le soutenons car nous récoltons aujourd’hui le fruit d’une décennie » de travail, a affirmé le chef du RND en août dernier. La machine de la révision constitutionnelle aura en effet tenu dix ans pour être bien huilée et préparée, pour se mettre sur les rails de l’élection présidentielle de 2009. Bouteflika aura obtenu ce dont il rêvait en revenant à la vie politique, une certaine année 1999.


Par Nadjia Bouaricha (El Watan)

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: REVUE DE PRESSE le Jeu 30 Oct - 21:06

Lapinou4

avatar
Indéracinable
Indéracinable
ma réaction: (en jaune Bout.)
a l'attaque!

je dirai aussi que si son projet passe, rabi yar7am l'Algérie et slemet roussna (et c pas garanti teslem roussna). voyez la dictature déguisée de la Tunisie là est notre futur si le petit Boulet réussi son coup

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum